Visite de tournage "Les Oliviers"

4 novembre 2012

Témoignage d'un élève en classe préparatoire cinéma, Lycée St Stanislas, Nîmes

- 1ère rencontre :
Mercredi 24 octobre, 10h. Après une heure de trajet, nous sommes arrivés à Pompignan. Le temps était maussade ; le sol marqué par la pluie de la veille. Joël nous accueillit chaleureusement chez lui. Très généreusement, il nous proposa un petit déjeuner avec café et croissants. Les questions se multipliaient, nos langues se déliaient petit à petit. Nous étions vraiment désireux de connaitre le contexte d’écriture du scénario et les anecdotes de la préparation du tournage. Nous avions ainsi pu découvrir que l’idée de la suite de La pomme, la figue et l’amande n’a été écrit qu’en seulement une dizaine de jours. Joël nous proposa ensuite de nous emmener sur les lieux du tournage à venir. Devant nous s’éleva alors l’oliveraie, lieu essentiel de l’intrigue, ainsi que le vieux chêne. De retour chez lui, Joël nous présenta un livre contenant plusieurs de ses peintures qu’il a exposé à Clermont-Ferrand. Pour finir notre entretien, nous avons fixé une date pour la visite du tournage qui se déroulerait la semaine suivante.

- 2ème rencontre :
Dimanche 4 novembre, 15h. Tournage à Pompignan. Il pleuvait. Les assistants s’affairaient avec des parapluies pour protéger le matériel ainsi que les acteurs. A notre grande surprise, l’équipe de tournage était très restreinte. Personne n’était inactif. Chacun savait précisément ce qu’il devait faire. Dans un silence studieux, les plans s’enchainaient à une vitesse folle ne laissant certaines fois qu’une prise aux acteurs. Joël disposait de très peu de temps à nous accorder, pris par la réflexion artistique et la gestion de cette entreprise cinématographique. Heureusement, Marie Vermillard était présente à ses côtés pour le seconder. L’assistante réalisatrice, Maryline, courrait de tous les côtés respectant au mieux le plan de travail. Au cadre, l'opérateur se dépêchait de déplacer la caméra entre chaque prise. Etant à la campagne, tout fonctionnait grâce à d’immenses batteries. De notre côté, nous étions là, à distance, en train de respecter le silence quasi religieux des prises. Zinedine Soualem, l’acteur principal, profitait des pauses qui séparaient les « Action » et les « Coupez » pour faire quelques blagues à l’équipe et à Michel, le propriétaire de l’oliveraie. Ce dernier vint nous questionner pour savoir d’où nous venions et pour quelle raison. Très gentiment, il nous invita au petit apéritif qui suivait la fin du tournage de ce dimanche. Afin de ne pas rester dans le froid, il nous accueillit chez lui avant tout le monde. Au coin du feu, nous débriefons de la journée que nous venions de passer en nous remémorant les moments intéressants comme la scène avec l’olivier ou les faux coings. En avance sur les autres, Zinedine arriva. Spontanément, il commença à discuter, nous livrant même quelques uns de ses projets. Il nous raconta sa rencontre avec Joël il y a près de quarante ans à l’université de Clermont-Ferrand. Une fois tout le monde arrivé, le pot pouvait commencer. Devant tant de victuailles, les relations étaient plus détendues que durant la journée, l’équipe plus abordable et disponible. Nous avons ainsi pu interroger le chef opérateur sur le matériel utilisé ainsi que l’ingénieur du son. Après avoir remercié tout le monde pour leur accueil, nous avons repris la voiture pour rentrer à Nîmes, en attendant la projection du court métrage  réalisé.

Sébastien Kubiak

 

Retour à la page des Visites de tournages