Visite de tournage "Il est parti dimanche"

5 septembre 2012

Témoignage d'une élève de Terminale en option cinéma-audiovisuel, Lycée Philippe Lamour, Nîmes


Mercredi 5 septembre, 14 heures, bowling de Nîmes. Sur les vitres, de grandes bâches noires, les cinéastes n’aiment donc pas la lumière ? Je fais le tour, la classe de cinéma est derrière, à côté de l’espace restauration de l’équipe du film. Rien que ça, ça donne envie de faire du cinéma. On rentre. A l’intérieur, c’est de la folie, tout le monde court, personne ne marche, tous une oreillette, s’exclament dans leurs micros. On évite de justesse un chariot plein de matériaux électroniques non identifiés. L'assistant réalisateur nous présente la scène qui va être tournée. La scène se passe de nuit, ce qui explique les bâches noires, et les deux personnages doivent échanger une conversation devant les pistes de bowling. On nous propose de participer en tant que « figurant » et donc de jouer au bowling. Dans le groupe, beaucoup demande « Et Louise, elle est là ? » « Oui, elle est là ». La miss météo de canal +, dites-vous ? Rien à faire, je suis plus fascinée par l’homme barbu derrière son énorme caméra et le perchman avec son immense micro que par la jolie Louise Bourgoin. Enfin, après cette brève présentation des lieux, on enfile nos chaussures spéciales et on prend place sur les pistes au milieu des autres figurants. Ma rangée a beau être l’une des plus éloignées de la table de miss Bourgoin et de ses amis, l’assistant réalisateur est formel : 3 personnes debout sur les pistes, et pas plus. Au bout d’un moment, on nous fait signe que la caméra tourne, c’est à nous de jouer. Alors je prends une boule, je tire, elle atterrit directement dans la gouttière, mais parce que c’est le cinéma, je simule un coup gagnant. « Coupez », on s’arrête, puis on reprend, et cela toute l’après-midi. Quelques fois, une femme pressée passe dans notre rangée, nous observe, pointe son doigt sur l’un de nous, criant « toi », et emporte l’élu pour un passage devant la caméra de quelques instants. J’ai usé de tous mes charmes pour me faire remarquer mais au final je n’ai pas été choisie, enfin, sans regrets ! À la fin de l’après midi, on nous annonce que c’est terminé pour cette scène, l’équipe applaudit. Alors on se rue au bar pour absorber des litres d’eau, parce qu’être figurant, c’est un vrai marathon. Après un dernier regard envieux sur la grosse caméra, on sort du bowling attendre Nicole Garcia qui doit venir nous rencontrer. Dehors, on plisse les yeux, surpris d’avoir oublié qu’il faisait jour. L’atmosphère est bizarre, quelques passants nous regardent comme si nous étions célèbres, c’est agréable. Finalement Nicole Garcia vient nous voir, elle est gentille et semble normale, elle accepte de faire une photo avec nous. Enfin, on s’en va, un peu fatiguée, un bras plus gros que l’autre, mais ravie d’avoir participé à ces 35 secondes de long métrage.

Marie

 

Retour à la page des Visites de tournages